Jour 1 - Semaine 1 Du Writober !


Hey salut tout le monde, alors d’habitude sur ce blog je publie plutôt des avis de livres, mais là j'avais envie de changer il faut savoir que  j’écrit toujours des fanfiction (même si j’ai déjà écrit autre mais jamais publié ici) alors là je vous retrouve pour un challenge appelée le Writober enfaîte tout les jours on doit écrire sur un mot imposée je trouve l’idée plutôt cool, surtout que je pourrais réutiliser des passages dans d’autre écrit .

Semaine 1, jour 1 : Contrôle
Le stresse monte, je sens la panique m’envahir, beaucoup trouve ça idiot, ce n’est pas une raison de se mettre dans un état pareil pour si peu, mais pourtant je la sens, là, cette boule qui grandit encore et encore dans mon ventre, jusqu’à peser très lourd, trop lourd, pour que je puisse me tenir droite. Alors je me laisse glisser le long du mur, j’attends, je respire, j’entends au loin le bruit des autres qui parlent, fort, mais pourtant tout me vient comme s’il se trouvait loin, derrière une chute d’eau, derrière un tambour, derrière mon cœur, qui bat trop fort. J’ai l’impression que tout le monde peut l’entendre, il va sortir de ma poitrine exploser, je me replie sur moi-même. Qu’est-ce que c’est déjà le sujet, je ne sais plus, en quel matière je suis, je ne sais plus, je sens les larmes me montés aux yeux, je ne sais plus comment réagir, si je dois rire pleurer, essayer de me relever et faire comme si de rien été… La leçon ne me revient pas, pourtant j’étais sûr de l’avoir appris, vraiment j’y est travaillé pendant des heures, j’aurais peut-être dû essayer de la revoir une fois ou deux de plus… J’essaye d’attraper mes fiches, je sais qu’elles sont rangées dans mon sac, tout au fond, mes mains trembles, la tâche devient plus difficile, je l’ai eu enfin ! Je me concentre, ma vue se brouille, je ne vois rien à part les larmes susceptible de couler, je respire un grand coup, il ne faut pas qu’elle coule, je ne veux pas que les autres voit mes faiblesses, surtout les plus petites, les plus idiotes, telles que la panique…
Quelqu’un me parle, je relève la tête, c’est mon prof de bio, il me fait signe, je dois me relever, je pousse sur mes jambes, je vacilles un peu de droites à gauche, j’essaye de ne pas laisser paraître ma peur, surtout quand les autres passent à côté de moi comme si je n’existait pas, comme si je n’était rien, je ne suis qu’un mouton au milieu du troupeau, qu’un élève au milieu de la foule, quel différence ça ferait. Je me trouve une table, celle la plus près d’une fenêtre, toute seule, personne ne viendra m’embêter ici, je relis une dernière fois mon cour, sors ma copie double, les autres rigoles, j’ai l’impression que l’arriver imminente de ce test ne leur fera rien, alors que moi ça me chamboule, je renage ce qui n’a rien à faire sur ma table, j’attend lentement, le prof commence à donner les sujets à tout le monde, il passe devant ma table s’arrête, me fait un petit sourire encourageant, il a du voir mes mains qui tremblent, mes yeux aux bords des larmes, ou entendre le tambour de mon cœur. Je tourne la copie, famille multigéniques et méiose, tout me revient comme limpide et claire, je prends mon stylo, et il écrit toute seule, ma main encore un peu tremblante au début, se relâche au fur et à mesure. Je dépose le point final sur ma copie, ma respiration est calme et ordonnée, mes mains sont justes moites par habitudes, un sourire se dessine sur mon visage. Franchement comment ai-je pu stresser autant pour un simple contrôle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique - La saveur des bananes frites